Après 8000 km, Pékin!

,
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Cité interdite
Cité interdite
Cité interdite
Cité interdite
Cité interdite
Cité interdite
Cité interdite
Cité interdite
Cité interdite
Cité interdite
Cité interdite
Cité interdite
Cité interdite
Cité interdite
Cité interdite
Cité interdite
Cité interdite
Cité interdite
Cité interdite
Cité interdite
Cité interdite
Cité interdite
Cité interdite
Cité interdite
Cité interdite
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin – Dali Courtyard
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Pékin
Palais d’été
Palais d’été
Palais d’été
Palais d’été
Palais d’été
Palais d’été
Palais d’été
Palais d’été
Pékin
Pékin

A mon réveil, le paysage a complètement changé. Les champs que nous traversons sont tous cultivés, des chapeaux pointus s’activent un peu partout. Finies les grandes étendues vides de la Mongolie, les villages sont plus nombreux.
Nous arrivons dans une région montagneuse et passons une multitude de tunnels avant d’arriver à Pékin. Cette fois, personne n’est venu nous proposer d’échanger nos Tugriks contre des Yuans (petit conseil aux futurs voyageurs: dépensez tous vos Tugriks car les bureaux de change ne les prennent pas en dehors de la Mongolie).
Nous quittons notre dernier train et partons à la recherche d’un distributeur. Il nous faut de l’aide, car le menu s’affiche en chinois uniquement! Après plusieurs essais nous avons des Yuans pour payer notre billet de métro.
Direction le Fly by Knight Courtyard où nous posons nos affaires pour les prochains jours.

 

Nous sommes tous agréablement surpris par Pékin. La qualité de l’air a été bonne pendant tout notre séjour et les températures chaudes. J’ai rangé ma doudoune une bonne fois pour toute et nous avons sorti nos shorts et vêtements légers.
Malgré les nombreux scooters et voitures, les rues sont moins bruyantes que ce que l’on craignait. Il y a en effet pas mal de véhicules électriques. Quand à la propreté, là aussi rien à dire, métro impeccable et rues propres!
Pékin a tout d’une ville moderne, mais lorsqu’on quitte les grands axes pour se promener dans les hutongs (ruelles) c’est un autre visage qui se dévoile. Petits marchés, innombrables restaurants et magasins aux produits inconnus, chargements incongrus des cyclistes, vendeurs de yahourts, on a l’impression de vivre à une autre époque. Dans ce vieux Pékin, les toilettes publiques sont nombreuses car la plupart des habitations en sont dépourvues. Exemple de ces contrastes, l’énorme rue Wangfuijing et ses centres commerciaux modernes se trouve juste à côté d’une ruelle appelée la rue des En-cas où l’on trouve des tas des choses notamment des brochettes de scorpions!

Outre les ruelles animées, nous avons visité de nombreux temples et palais dont l’incroyable cité interdite. Avec notre audio-guide nous avons imaginé la vie de l’empereur: à la découverte du pavillon de l’harmonie suprême, celui de la pureté céleste, ou encore de la longévité tranquille. Entre les palais, les dragons, les lions, il y a tant de choses à voir! Une journée entière ne suffit pas! Mon coup de coeur revient aux petites figurines placées sur les toits des palais. Celles-ci ont un rôle de décoration mais elles indiquent aussi le statut du bâtiment. Plus il y a de figurines, plus le bâtiment est important (max 10).

Pékin possède également de nombreux parcs. Les gens s’y retrouvent pour faire du sport (étirements, course à pied, arts martiaux), mais aussi pour jouer de la musique, danser ou faire du cerf-volant. Les personnes âgés prennent l’air et se reposent sur les bancs. Il y a aussi des chiens en balade. Ceux que nous avons croisé avaient une drôle d’allure, ils étaient rasés!
Lorsque le parc est assez grand et qu’il y a une étendue d’eau, les pédalos et bateaux à moteurs très kitchs sont pris d’assaut! Nous avons aussi bu un thé dans une ancienne maison du thé. Celui-ci est servi en vrac dans un grand verre. Lorsqu’il est infusé, il se dépose au fond.

Les chinois sont plus grands que ce que nous avions imaginés (Thieb a quand même eu droit à des réflexions sur sa taille) et malgré les difficultés de compréhension, ils essayaient de nous aider dans nos recherches. Nous avons été abordé plusieurs fois pour poser avec eux sur leurs photos. Je n’ai jamais compris pourquoi? Mais bon… J’avais eu des expériences similaires au Vietnam.

Nous avons également testé le vélo et on a adoré! Il y a un grand nombre de pistes cyclables, parfois aussi larges qu’une route chez nous! Il faut être prudent car les scooters les empruntent aussi et il y a beaucoup de circulation. Mieux vaut maîtriser la sonnette pour signaler son arrivée!

Côté cuisine, nous avons très bien mangé lors de notre séjour, malgré quelques surprises épicées! Nous avons testé le fameux canard laqué que l’on mange dans des petits galettes avec de l’oignon et du concombre. Mon coup de coeur, le Dali Courtyard. Pas de menu c’est le chef qui propose plusieurs petites assiettes. C’était vraiment excellent et nous avons pu gouter à une grande variété de plats.

Nous avons pu nous rendre compte de l’efficacité des chinois à évacuer et fermer les lieux publics. Entre la fermeture de la cité interdite et celle de la place Tiananmen (4ème plus grande place au monde), ça ne traîne pas! Des barrières, des soldats ou gardes et en quelques minutes des centaines de personnes sont dirigés vers les sorties. On ferme! Pareil pour la rue commerçante de Qian Men. Nous sommes revenus de nuit pour faire des photos, quelle surprise, lumières éteintes et accès interdit! Le métro fermait juste derrière nous à 23h30!

 

Pour finir, direction le palais d’été qui se trouve à environ 10 km du centre ville. C’est ici que l’empereur venait pour échapper aux chaleurs estivales.
Il y a beaucoup de monde car c’est la fête des enfants. D’après ce que nous avons compris un des 2 parents ne travaille pas et en profite pour faire des activités avec les enfants.
Pour planter le décor: un énorme lac dont on peut faire le tour en passant par différents ponts de toutes les formes, la colline de la longévité avec sa tour du parfum de Buddha et un magnifique soleil! Nous ne visitons pas les palais mais nous préférons profiter des alentours du lac. C’est ici que nous  rencontrons un homme faisant de la calligraphie. Comme il parle très bien l’anglais, nous en profitons pour lui poser des questions. Pendant ce temps, il se fait un plaisir de nous écrire Justine et Delphine sur du papier de riz et nous donne des explications sur les signes.

 

Voilà notre séjour à Pékin qui s’achève! Après avoir fait nos sacs et réussi à prendre le bus numéro 980 ( assez sportif car beaucoup de monde) nous partons pour Gubeikou afin de voir la fameuse Muraille de Chine, dernière étape de ce voyage!

 

Vous pourriez aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *